Rendement, récolte, manipulation et stockage du cacao

Rendement, récolte, manipulation et stockage du cacao
Cacaoyer

Benjamin Akane

Agriculteur spécialisé dans le système cacaoyer ghanéen

Partagez-le :

Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Cet article est également disponible dans les langues suivantes: English (Anglais) Español (Espagnol) Deutsch (Allemand) 简体中文 (Chinois simplifié) Português (Portugais - du Brésil)

Afficher plus de traductionsMontrer moins de traductions

Environ 95 % de la production mondiale de cacao est assurée par 5 à 6 millions de petits exploitants agricoles d’Asie, d’Afrique, d’Australie et d’Amérique latine, qui possèdent des exploitations de 2 à 5 hectares (M.Kozicka et al.,2018). L’Afrique de l’Ouest produit 65 à 73 % de la production totale de cacao. La plupart des cacaoyers commencent à produire des cabosses dès leur 4ème ou 5ème année et peuvent continuer pendant encore 30 ans avec des soins appropriés.  En général, le rendement moyen du cacao peut varier de 300 à 2 000 kg par hectare, en fonction de la région, de la variété, des pratiques agricoles appliquées, de la densité de la culture et de l’âge des arbres. Le rendement moyen au Ghana est d’environ 400 kg par hectare (357 lb/acre) (C. Streck et al., 2017). Selon le cultivar, chaque cacaoyer peut produire environ 30 cabosses. Une cabosse typique contient 20 à 50 fèves. Pour produire une livre de cacao, il faut 400 fèves séchées (pour 1 kg de cacao, il faut environ 880 fèves séchées).

Pour la plupart des variétés, les cabosses de cacao sont prêtes à être récoltées lorsqu’elles prennent une couleur jaune foncé. Les agriculteurs utilisent des machettes et de longs instruments en acier, tels que le couteau « go-to-hell » à long manche, pour couper les cabosses des arbres. Les cabosses sont fendues à l’aide de bâtons solides et d’une machette pour libérer les graines. La plupart des petits exploitants plantent du cacao, récolté deux fois par an à différentes saisons (récolte principale : de septembre à mars et récolte intermédiaire : de mai à août).

Les haricots sont mis en tas et recouverts de feuilles de bananier ou de nattes. La couche de pulpe qui entoure naturellement les haricots se réchauffe et fait fermenter les haricots. La fermentation dure de 5 à 7 jours, puis le séchage se fait pendant plusieurs jours au soleil. Contrairement à d’autres pays d’origine où le processus de chauffage mécanique sèche le cacao. Le cultivateur ghanéen moyen sèche le cacao en utilisant les rayons naturels du soleil, les fèves étant réparties uniformément sur des nattes de bambou surélevées. Le produit tourne fréquemment et chaque partie des fèves est exposée aux rayons du soleil. Associées à une fermentation complète, les fèves de cacao du Ghana diffusent le meilleur arôme naturel de chocolat et une couleur brune parfaite.

Les centres d’achat de cacao vendent les fèves fermentées séchées, emballées et transportées aux sociétés d’achat agréées (LBC). Avant d’être expédié, le cacao ghanéen passe par un minimum de trois étapes d’inspection de la qualité. Cela permet à nos consommateurs de se sentir plus à l’aise et plus confiants et de toujours acheter du cacao ghanéen.

Cependant, cette approche traditionnelle de la fermentation est sensible aux facteurs de risque environnementaux. Les périodes de précipitations intenses augmentent le temps nécessaire à la fermentation. Les changements de température, la sécheresse et les saisons sèches prolongées affectent la saveur et la qualité globale du produit ( Dohmen et al., 2018). Contrairement aux agriculteurs d’Afrique de l’Ouest, les producteurs de cacao d’Amérique latine ont tendance à fermenter la pulpe de cacao entourant les fèves à l’aide de boîtes en bois. En Indonésie, les agriculteurs participent rarement au processus de fermentation car leur production est principalement valorisée pour le beurre de cacao, qui n’est pas affecté par la fermentation (Neilson, 2007).

Les fèves de cacao sont ensuite séchées après le processus de fermentation. Le séchage peut entraîner une perte de qualité et de productivité lorsqu’il est effectué de manière incorrecte et dans des conditions défavorables, conformément à l’ICCO (2000). Les agriculteurs ghanéens utilisent des nattes ou des plateaux pour étaler les graines de cacao sur des surfaces exposées au soleil afin de sécher les fèves de cacao. Des pluies suffisamment abondantes pour déformer les fèves de cacao peuvent en diminuer la qualité. Les sécheresses et les périodes de sécheresse accélèrent la vitesse de séchage du cacao, même si les variations de température influent sur le temps de séchage. Le CSC conseille d’utiliser des séchoirs solaires, simples à construire avec du bois et du plastique transparent. Les séchoirs solaires protègent le cacao d’une humidité excessive tout en évitant les émissions de gaz à effet de serre associées au séchage artificiel.

La période post-récolte est la période qui s’écoule entre l’achat des fèves de cacao, l’assurance qualité, le transport et la vente.

Achat de fèves de cacao 

Les LBC achètent le cacao aux agriculteurs à un prix minimum fixé par un comité de révision des prix à la production (CRPP). Après séchage, les fèves sont ensachées et vendues à une station d’achat ou à un agent local de la société d’achat. Dans les centres d’achat de cacao, les fèves sont soumises à un test de contrôle de la qualité par les agents d’achat de la LBC, après quoi les agents achètent le cacao acceptable. Les LBC acheminent ensuite le cacao vers les principaux hangars/entrepôts du COCOBOD dans les districts, où le cacao est pesé et testé pour les niveaux d’humidité par l’unité de contrôle de la qualité (QCU). Après le test, le cacao acceptable est emmené dans l’entrepôt, où les LBC se verront délivrer des récépissés de prise en charge du cacao (CTOR) par la Cocoa Marketing Company.

Le COCOBOD surveille étroitement les opérations de tous les LBC. Les LBC sont tenus de respecter les réglementations et les lignes directrices établies par le COCOBOD. Les acheteurs potentiels de cacao doivent s’adresser au COCOBOD pour obtenir une licence d’acheteur. Après examen par un comité indépendant créé à cet effet, les candidats retenus se voient accorder des licences provisoires, qui peuvent être converties en licences complètes si le COCOBOD estime que le LBC dispose d’une logistique opérationnelle adéquate pour un fonctionnement efficace.

Rendement, récolte, manipulation et stockage du cacao.1

Entreposage 

Les LBC vendent le cacao qu’ils ont acheté à la Cocoa Marketing Company (CMC), qui leur délivre un récépissé de prise en charge du cacao pour paiement par le COCOBOD selon les marges fixées par le PPRC. La qualité du cacao est à nouveau contrôlée avant d’être transférée dans un entrepôt de la CMC au port.

Les différents hangars et entrepôts du district et des principaux sites de collecte sont inspectés régulièrement par le personnel de QCD pour effectuer des désinfestations afin d’éliminer les dommages causés aux sacs de cacao par les insectes et les rongeurs.

En dehors des entrepôts du CMC, le principal fournisseur d’entrepôts au Ghana est Tarzan Enterprises et Global Haulage. La section entreposage de la chaîne de valeur a une valeur estimée entre 30 et 40 millions de GHS par an.

Vente et transport

La fabrication du cacao implique une longue chaîne d’approvisionnement qui comprend les cultivateurs, les acheteurs, les transporteurs, les négociants, les collecteurs, les certificateurs, les transformateurs de stockage, les chocolatiers et les distributeurs. L’organigramme ci-dessous montre comment la structure de la chaîne d’approvisionnement pour le commerce du cacao est divisée entre les activités qui ont lieu au Ghana et celles qui ont lieu en dehors du Ghana. Les acteurs essentiels sont nommés, leur profil est dressé et leur rôle spécifique dans la chaîne d’approvisionnement est décrit. Il étudie les interactions entre les acteurs et les variables clés qui affectent le comportement et guident le jugement. En fonction du niveau de transformation, la chaîne d’approvisionnement du cacao peut être divisée en quatre groupes de produits principaux. Ces catégories sont les suivantes : ü Fèves de cacao (brutes ou peu transformées) ; ü Produits semi-finis à base de cacao (pâte/liqueur de cacao, beurre de cacao, poudre de cacao) ; ü Couverture, ou chocolat industriel ; ü Produits finis de confiserie à base de chocolat. La structure ci-dessous se concentre sur la chaîne d’approvisionnement nationale du Ghana, qui comprend la production et la commercialisation des fèves de cacao et des produits semi-finis du cacao, depuis leur origine jusqu’au point d’exportation. La chaîne d’approvisionnement comprend de nombreux acteurs, des fournisseurs d’intrants aux agriculteurs, en passant par les négociants, les transporteurs et autres prestataires de services, et les transformateurs.

Unité de contrôle de la qualité du cacao

Après l’achat des fèves, les marchandises sont inspectées par l’unité de contrôle de la qualité du COCOBOD afin de s’assurer que le cacao répond aux normes fixées pour le cacao. Le Ghana Cocoa Board s’efforce de répondre à l’évolution de la qualité commerciale exigée par ses clients. Le Ghana reste le premier producteur de cacao en vrac de qualité. D’autre part, le CMC reste le fournisseur le plus fiable de cacao d’origine de qualité supérieure. Les normes minimales de qualité fixées par le Ghana Cocoa Board dépassent les normes respectives fixées sur le marché international du cacao pour le commerce du cacao de bonne fermentation. En outre, le contrôle de la qualité est strict, avec trois étapes d’inspection de la qualité avant l’expédition.

Rendement, récolte, manipulation et stockage du cacao.1

Pour atteindre ces normes, l’agent QCD certifie le produit à l’aide d’un sceau métallique inviolable attaché au sac de jute du cacao pesé. Le sac de jute est perforé pour permettre la circulation de l’air pendant le transport et maintenir le taux d’humidité requis de 7 %, ainsi que pour absorber l’excès d’humidité lorsque le cacao est expédié dans des conteneurs. Le poids, le pays d’origine et le contenu sont inscrits sur le sac. Une fois le sac scellé, le cacao reste sous la garde de l’acheteur jusqu’à ce qu’il soit repris, et le descellement sans l’approbation expresse de l’agent de contrôle de la qualité constitue une infraction pénale.

Tableau 3 : Spécifications de qualité : pour les fèves de cacao du Ghana

Niveaux maximaux de défauts

Catégorie            Moisi              Salé            Autres défauts

Grade 1                3 %                     3%                         3%

Grade 11              3 %                     3 %                        6 %

Source Cocobod

Collecte, transport et stockage

Le cacao classé et scellé reste dans des sacs jusqu’à l’évacuation secondaire par les LBC, au moyen de leurs propres camions ou de transporteurs de cacao privés, vers des points de prise en charge désignés tels que le port de Tema, avec une capacité de stockage de 255 000 tonnes (soit 33 % des exportations totales de cacao), le port de Takoradi avec 233 000 tonnes (représentant 30 % des exportations totales de cacao) et un port intérieur à Kaase, Kumasi reçoit également 67 000 tonnes (soit 9 % des exportations de cacao) à l’horizon 2020. Ces points de prise en charge sont les destinations finales des produits de cacao des LBC au COCOBOD.

Transport 

Des sociétés de transport privées agréées transportent le cacao de la campagne vers les centres de prise en charge désignés, moyennant une redevance. Elles reçoivent une formation sur la manipulation du cacao en transit. Elles sont organisées sous l’égide de la Cocoa Hauliers Association of Ghana. Les principaux transporteurs desservant ce secteur sont:

  • Global Haulage.
  • Gelloq Haulage.
  • Amtrak Ghana Ltd.
  • Vehrad Transport & Haulage Co. Ltd.
  • Global Cargo & Commodities Ltd

Le prix du transport depuis chacun des 65 districts cacaoyers jusqu’aux ports est également réglementé par le PPRC. Ce prix est influencé par le kilométrage et la nature du réseau routier pour couvrir le coût du transport depuis les portes des exploitations jusqu’aux centres de prise en charge et au port.

Références

Abara, I. O., and Singh, S. (1993). Ethics and biases in technology adoption: The small-firm argument. Technological Forecasting and Social Change43(3-4), 289-300.

Adamu, C. O. (2018). Analysis of access to formal credit facilities among rural women farmers in Ogun State, Nigeria. Nigeria Agricultural Journal49(1), 109-116.

Adu-Asare, K. (2018). Cocoa farming business, financial literacy and social welfare of farmers in Brong-Ahafo Region of Ghana (Doctoral dissertation, University of Cape Coast).

Ahenkorah, Y. (1981). Influence of environment on growth and production of the cacao tree: soils and nutrition. In Actes, Douala, Cameroun, 4-12 Nov 1979/7 Conference internationale sur la recherche cacaoyere= Proceedings, Douala, Cameroun, 4-12 Nov 1979/7 International Cocoa Research Conference. Lagos, Nigeria: Secretary General, Cocoa Producers’ Alliance, 1981.

Akudugu, M. A., Guo, E., and Dadzie, S. K. (2012). Adoption of modern agricultural production technologies by farm households in Ghana: what factors influence their decisions?

Ali, E. B., Awuni, J. A., and Danso-Abbeam, G. (2018). Determinants of fertilizer adoption among smallholder cocoa farmers in the Western Region of Ghana. Cogent Food & Agriculture4(1), 1538589.

Ameyaw, G. A., Dzahini-Obiatey, H. K., and Domfeh, O. (2014). Perspectives on cocoa swollen shoot virus disease (CSSVD) management in Ghana. Crop Protection65, 64-70.

Aneani, F., Anchirinah, V. M., Owusu-Ansah, F., and Asamoah, M. (2012). Adoption of some cocoa production technologies by cocoa farmers in Ghana. Sustainable Agriculture Research1(1), 103.

Bonabana-Wabbi, J. (2002). Assessing factors affecting adoption of agricultural technologies: The case of Integrated Pest Management (IPM) in Kumi District, Eastern Uganda (Doctoral dissertation, Virginia Tech).

C. Streck, A. Kroeger, S. Koenig, A. Thomson, Forest, and Climate-Smart Cocoa in Cˆote D’Ivoire and Ghana: Aligning Stakeholders to Support Smallholders in Deforestation Free-Cocoa, The World Bank, 2017, pp. 1–57

Danso-Abbeam, G., Addai, K. N., and Ehiakpor, D. (2014). Willingness to pay for farm insurance by smallholder cocoa farmers in Ghana. Journal of Social Science for Policy Implications2(1), 163-183.

Dormon, E. V., Van Huis, A., Leeuwis, C., Obeng-Ofori, D., and Sakyi-Dawson, O. (2004). Causes of low productivity of cocoa in Ghana: farmers’ perspectives and insights from research and the socio-political establishment. NJAS: Wageningen Journal of Life Sciences52(3-4), 237-259.

Doss, C. R. (2006). Analyzing technology adoption using microstudies: limitations, challenges, and opportunities for improvement. Agricultural economics34(3), 207-219.

Giovanopoulou, E., Nastis, S. A., and Papanagiotou, E. (2011). Modeling farmer participation in agri-environmental nitrate pollution reducing schemes. Ecological economics70(11), 2175- 2180

Hailu, E., Getaneh, G., Sefera, T., Tadesse, N., Bitew, B., Boydom, A., … and Temesgen, T. (2014). Faba bean gall; a new threat for faba bean (Vicia faba) production in Ethiopia. Adv Crop Sci Tech2(144), 2.

International Cocoa Organization (ICCO), (2008). Manual on pesticides use in cocoa. ICCO Press releases of 10 June 2008 by ICCO Executive Director Dr. Jan Vingerhoets. International Cocoa Organization (ICCO), London.

Kehinde, A. D., and Tijani, A. A. (2011). Effects of access to livelihood capitals on adoption of European Union (EU) approved pesticides among cocoa producing households in Osun State, Nigeria. Agricultura Tropica et Subtropica54(1), 57-70.

Khanna, M. (2001). Sequential adoption of site‐specific technologies and its implications for nitrogen productivity: A double selectivity model. American journal of agricultural economics83(1), 35-51.

Kongor, J. E., Boeckx, P., Vermeir, P., Van de Walle, D., Baert, G., Afoakwa, E. O., and Dewettinck, K. (2019). Assessment of soil fertility and quality for improved cocoa production in six cocoa growing regions in Ghana. Agroforestry Systems93(4), 1455-1467.

Kumi, E., and Daymond, A. J. (2015). Farmers’ perceptions of the effectiveness of the Cocoa Disease and Pest Control Programme (CODAPEC) in Ghana and its effects on poverty reduction. American Journal of Experimental Agriculture7(5), 257-274.

M. Kozicka, F. Tacconi, D. Horna, E. Gotor, Forecasting Cocoa Yields for 2050, 49,
Bioversity International, Rome, Italy, 2018, ISBN 978-92-9255-114-8.

MoFA, 2010. Production of major crops in Ghana, PPMED, Accra, 12 pp.

Namara, R. E., Horowitz, L., Nyamadi, B., and Barry, B. (2011). Irrigation development in Ghana: Past experiences, emerging opportunities, and future directions.

Nandi, R., and Nedumaran, S. (2021). Understanding the aspirations of farming communities in developing countries: a systematic review of the literature. The European Journal of Development Research33(4), 809-832.

Ngala, T. J. (2015). Effect of shade trees on cocoa yield in small-holder cocoa (Theobroma cacao) agroforests in Tabla, Centre Cameroon (Doctoral dissertation, Thesis, crop sciences. University of Dschang, Cameroon).

Ofori-Bah, A., and Asafu-Adjaye, J. (2011). Scope economies and technical efficiency of cocoa agroforesty systems in Ghana. Ecological Economics70(8), 1508-1518.

Ogunsumi, L. O., and Awolowo, O. (2010). Synthesis of extension models and analysis for sustainable agricultural technologies: lessons for extension workers in southwest, Nigeria. Agriculture and Biology Journal of North America1(6), 1187-1192.

Okojie, L. O., Olowoyo, S. O., Sanusi, R. A., and Popoola, A. R. (2015). Cocoa farming households’ vulnerability to climate variability in Ekiti State, Nigeria. International Journal of Applied Agriculture and Apiculture Research11(1-2), 37-50.

Okyere, E., and Mensah, A. C. (2016). Cocoa production in Ghana: trends and volatility. International Journal of Economics, Commerce and Management, 5 (3), 462-471.

Opoku-Ameyaw, K., Oppong, F. K., Amoah, F. M., Osei-Akoto, S., and Swatson, E. (2011). Growth and early yield of cashew intercropped with food crops in northern Ghana. Journal of Tropical Agriculture49, 53-57.

Oyekale, A. S. (2012). Impact of climate change on cocoa agriculture and technical efficiency of cocoa farmers in South-West Nigeria. Journal of human ecology40(2), 143-148.

Wessel, M., and Quist-Wessel, P. F. (2015). Cocoa production in West Africa, a review and analysis of recent developments. NJAS: Wageningen Journal of Life Sciences74(1), 1-7.

World Bank (2011). Supply Chain Risk Assessment: Cocoa in Ghana. Ghana Cocoa SCRA Report.

World Bank. 2007. World development report 2007: Development and the next generation. Washington D.C.: World Bank.

Wossen, T., Berger, T., Mequaninte, T., and Alamirew, B. (2013). Social network effects on the adoption of sustainable natural resource management practices in Ethiopia. International Journal of Sustainable Development & World Ecology20(6), 477-483.

( Dohmen, et al. 2018)  Temperature changes, drought, and prolonged dry season affect the flavor and overall quality of the product

(Neilson, 2007) Unlike Farmers in West Africa, Cocoa farmers in Latin America tend to ferment the cocoa pulp surrounding the beans using wooden boxes. In Indonesia, farmers rarely take part in the fermentation process because their production is valued mostly for cocoa butter which is unaffected by fermentation

Production de cacao : Défis et stratégies de gestion

Sélection des variétés de cacao et propagation du cacao

Exigences en matière de sol pour le cacao et plantation

Besoins en eau et irrigation du cacao

Engrais à base de cacao – Besoins nutritionnels

Protection des plantes de cacao – Principaux stress, maladies et ravageurs du cacao

Taille du cacaoyer

Rendement, récolte, manipulation et stockage du cacao

Vente, commerce et expédition de fèves de cacao

NOS PARTENAIRES

Nous unissons nos forces avec des ONG, des universités et d'autres organisations dans le monde entier pour remplir notre mission commune en matière de durabilité et de bien-être humain.