Qu’est-ce que l’Agriculture Biologique ? – Définition et exemples de l’Agriculture Biologique

Définition de l’agriculture biologique – les bienfaits de l’agriculture biologique

Principes de l’agriculture biologique – qu’est-ce que l’agriculture biologique

Résumé de l’Agriculture Biologique

En quelques mots, l’agriculture biologique implique des techniques et des méthodes de culture qui visent à protéger l’environnement, les humains et les animaux, grâce à une agriculture durable. Les producteurs de l’agriculture biologique ne sont pas autorisés à utiliser autre chose que des substances biologiques pour la fertilisation et la protection des cultures. Comme méthodes de fertilisation, ils utilisent principalement du fumier, du compost ou des engrais organiques synthétiques spéciaux. Comme mesures de protection des cultures, ils utilisent surtout des pièges et des prédateurs naturels. Cette méthode de culture exige beaucoup d’efforts et a des rendements nettement inférieurs à ceux de l’agriculture conventionnelle. Toutefois, le producteur biologique peut commercialiser les produits à des prix plus élevés que les produits conventionnels.

Définition de l’agriculture biologique

Selon le règlement du Parlement européen de Bruxelles du 27 avril 2018, l’agriculture biologique est un système global de gestion agricole et de production alimentaire qui combine les meilleures pratiques en matière d’environnement et d’action climatique, un niveau élevé de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, l’application de normes élevées en matière de bien-être animal et de normes de production élevées, conformément à la demande d’un nombre croissant de consommateurs pour des produits fabriqués à l’aide de substances et de procédés naturels.

Les agriculteurs pratiquant l’agriculture biologique s’efforcent de limiter tous les intrants et utilisent des techniques respectueuses de l’environnement dans leur routine quotidienne. Par exemple, en ce qui concerne la gestion des sols, les agriculteurs biologiques s’appuient principalement sur la rotation des cultures pour minimiser les carences en éléments nutritifs du sol. Ils utilisent principalement du fumier organique dans des quantités spécifiées par la loi, et des bactéries fixant l’azote, comme stimulateurs d’azote.

En ce qui concerne la gestion des mauvaises herbes, ils préfèrent le paillage, le désherbage manuel et le travail du sol. Dans de nombreux cas, ils éliminent les mauvaises herbes à l’aide d’un équipement spécial, conçu spécialement pour l’agriculture biologique. Les agriculteurs biologiques s’efforcent de réduire autant que possible l’utilisation de produits chimiques de synthèse. Ainsi, pour la protection des cultures, ils préfèrent principalement prendre des mesures, telles que des pièges et des ennemis naturels (prédateurs) pour les parasites de leurs cultures.

Comment une exploitation agricole peut-elle être certifiée biologique ?

Dans chaque pays, l’agriculture biologique est spécifiquement décrite et définie par la loi, et toute utilisation commerciale du terme « biologique » est soumise au contrôle du gouvernement. Il y a des actions spécifiques que chaque futur agriculteur biologique doit suivre (et éviter) afin d’être certifié en tant qu’agriculteur biologique. Même un léger écart par rapport à la loi peut entraîner l’annulation du statut d’agriculteur biologique.

Si vous souhaitez vous engager dans l’agriculture biologique, vous pouvez vous adresser à un organisme de certification de votre région. Si vous répondez aux normes, après une certaine période (par exemple 3-4 ans si vous cultivez des arbres), vous serez agréé par les autorités. Ceux qui respectent les règles, commercialisent ensuite leurs produits comme « certifiés biologiques » et peuvent afficher le label biologique officiel sur leur emballage, ce qui entraîne généralement une hausse des prix.

Principes de l’Agriculture Biologique

Selon l’IFOAM (Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique), les principes de l’agriculture biologique sont décrits ci-dessous :

L’agriculture biologique doit soutenir et améliorer la santé du sol, des plantes, des animaux et des humains, en tant qu’entité unique et indivisible.

L’agriculture biologique doit être basée sur les systèmes et les cycles écologiques vivants, travailler avec eux, les imiter et contribuer à leur maintien.

L’agriculture biologique devrait s’appuyer sur des relations qui garantissent l’équité en matière d’environnement et de processus de vie.

L’agriculture biologique devrait être gérée de manière prudente et responsable afin de protéger la santé et le bien-être des générations actuelles et futures ainsi que l’environnement.

Les objectifs généraux de l’agriculture biologique sont les suivants :

La production d’aliments sûrs et sains, exempts de résidus agrochimiques

La protection globale de l’environnement par une gestion durable (protection des sols et des aquifères, assurance de la biodiversité)

L’utilisation durable de l’énergie et des ressources naturelles (telles que l’eau, le sol, la matière organique)

Le maintien et l’augmentation de la fertilité et de l’activité biologique du sol

Protéger la santé des agriculteurs contre l’exposition à des produits chimiques nocifs.

Assurer le bien-être et la santé des animaux.

Les règles et la législation exactes concernant les techniques de production et les mesures de contrôle des produits biologiques dépendent du droit national et communautaire et peuvent varier d’un pays à l’autre.

Toutefois, certaines pratiques et méthodes de base de l’Agriculture Biologique sont énumérées ci-dessous :

Exemples de pratiques de l’agriculture biologique :

Rotation des cultures (éviter les monocultures qui entraînent une dégradation progressive des sols),

Utilisation d’engrais verts

Utilisation de fumier et de résidus végétaux (compost),

Le recyclage des matières organiques

Utilisation de produits alternatifs de protection des plantes (ennemis naturels) et de nutrition

Utilisation de variétés animales locales et de races animales locales adaptées aux conditions particulières de la région

Maintien d’un niveau élevé de bien-être animal

Évitez toute utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) ainsi que de produits fabriqués par ou avec des OGM.

La philosophie générale de l’agriculture biologique

En règle générale, l’agriculteur biologique potentiel doit comprendre pleinement le concept d’écosystème naturel fermé (avec un minimum d’intrants et de production) et essayer d’utiliser en premier lieu tous les ingrédients sains qui existent déjà dans l’écosystème. Nous entendons par là que l’exploitation biologique est traitée comme un écosystème distinct où il y a très peu d’intrants et de productions, et où la plupart des éléments sont recyclés au sein de cette exploitation, ce qui garantit la durabilité. Supposons par exemple que nous gérions un verger d’oliviers biologiques. Après la taille, plutôt que d’enlever les branches coupées ou de les brûler (comme c’est généralement le cas dans l’agriculture conventionnelle), les agriculteurs biologiques les écrasent avec des machines spéciales, déciment les branches de l’arbre et déposent la sciure sur le sol. Cela a des effets bénéfiques, car on a calculé que pour chaque 1000 kg de bois d’olivier (avec 50% d’humidité) incorporé dans le sol, on y ajoute 4 kg d’azote, 0,5 kg de phosphore, 4 kg de potassium, 5 kg de calcium et 1 kg de magnésium (Amirante. Et al., 2002). Cela réduit le besoin d’engrais chimiques supplémentaires, dont la plupart ne sont pas autorisés dans l’agriculture biologique. De cette façon, nous avons le moins d’intrants et de productions possibles et nous encourageons le recyclage des éléments dans le verger d’oliviers. Il existe bien sûr des cas où les branches d’un arbre doivent être immédiatement retirées d’un verger biologique, par exemple lorsqu’un tissu de l’arbre souffre d’un parasite ou d’une maladie.

Comprendre et prévenir la contamination

Certaines pratiques appliquées aux champs environnants peuvent entraîner la contamination de notre ferme biologique. Par exemple, la ferme biologique peut être polluée si notre voisin est un agriculteur conventionnel et qu’il applique des pesticides par temps venteux. Cependant, la contamination ne se produit pas uniquement par les pesticides. Même pendant la taille ou la récolte, il existe un risque accru de contamination du sol ou d’une source d’eau par la simple utilisation d’une machine (par exemple, une fuite d’huile de machine). Les agriculteurs doivent examiner attentivement les risques qui peuvent entraîner la contamination d’une exploitation biologique et prendre les mesures appropriées.

Afin d’éviter les risques de contamination par les pesticides d’une ferme voisine, les agriculteurs peuvent, par exemple, envisager d’utiliser des plantes servant de haies naturelles. La plantation de ce type de plantes donne à l’agriculteur la possibilité de créer une zone protégée et de réduire les risques de contamination de pesticides par le vent. En outre, un agriculteur pourrait détourner les eaux de ruissellement. Cette méthode permettra de réduire les risques de contamination de pesticides par les eaux de ruissellement. Les OGM sont également un facteur de contamination dans l’agriculture biologique. Il est très important d’examiner l’historique des cultures des champs qui sont destinés à l’agriculture biologique. Les futurs champs destinés à l’agriculture biologique doivent avoir un historique de culture exempt d’OGM. Les agriculteurs peuvent également envisager d’utiliser des semences non traitées. En outre, les semences doivent être achetées auprès d’un commerçant qui n’est pas impliqué dans la production d’OGM. Enfin, tous les outils de culture et de récolte, ainsi que toutes les installations de transport et de stockage qui sont utilisés dans l’agriculture biologique ne doivent pas être utilisés par les agriculteurs conventionnels, sinon nous augmentons le risque de contamination. Toutefois, il ne s’agit là que de quelques pratiques courantes qu’il ne faut pas suivre sans faire ses propres recherches. Vous pouvez demander conseil à votre autorité locale et à votre partenaire de certification.

Les engrais dans l’agriculture biologique

La majorité des engrais chimiques (par exemple, les engrais minéraux azotés) ne sont pas autorisés dans l’agriculture biologique. Les seuls engrais autorisés sont ceux qui ont été approuvés pour une utilisation dans l’agriculture biologique.

Une bonne fertilité du sol est toutefois essentielle à la croissance des plantes. L’azote principalement, mais aussi le phosphore et le potassium sont des éléments essentiels pendant les stades de croissance végétative de la plante. Les engrais conventionnels n’étant pas autorisés, certains des meilleurs engrais organiques le sont :

L’engrais vert

La production d’engrais verts commence par le semis d’une plante annuelle ou vivace (luzerne, vesce) dans le champ. Cette méthode améliore la fertilité et la structure du sol. Elle augmente l’absorption d’eau et l’humidité du sol. Cette méthode est également appliquée comme méthode de lutte contre les mauvaises herbes. Les plantes fixatrices d’azote, telles que la luzerne, le trèfle rampant, les fèves, le lupin, le pois, le pois chiche, etc. sont largement utilisées pour cette raison. Les céréales, telles que l’avoine et l’orge, sont également utilisées. Étant donné que ces plantes (surtout les légumineuses) absorbent des quantités importantes de nutriments, leur incorporation dans le sol leur donne des nutriments disponibles. Si le producteur décide d’utiliser cette technique, il est nécessaire d’utiliser du matériel de multiplication (semences) qui n’appartient pas à la catégorie des organismes génétiquement modifiés.

Compost

Le compostage est un processus naturel dans lequel des groupes spécifiques de micro-organismes, comme les bactéries, convertissent les substances organiques en humus. Une fois le traitement terminé, le compost est produit. Le compost est constitué d’un mélange de matières organiques, de nutriments et d’oligo-éléments. C’est un moyen de fertilisation naturel qui possède d’excellentes propriétés d’amélioration des sols. Toutefois, vous devez consulter votre agronome local agréé avant d’appliquer du compost.

Fumier

Une autre façon de fertiliser organiquement est d’utiliser du fumier. Le fumier animal provenant d’exploitations biologiques est couramment utilisé. Le fumier doit être bien décomposé et peut être appliqué autour des plantes. Cependant, vous devez consulter votre agronome local agréé avant d’appliquer le fumier. D’autres agriculteurs couvrent la surface du sol avec des plantes mortes afin d’améliorer la fertilité du sol et de lutter contre les mauvaises herbes. Cette méthode est connue sous le nom de paillage.

La production hydroponique n’est normalement pas autorisée. L’hydroponie est la méthode selon laquelle les producteurs n’utilisent pas le sol pour faire pousser leurs plantes. Ils utilisent plutôt un milieu inerte enrichi de solutions nutritives, où ils placent les racines de leurs plantes. Selon les autorités de la plupart des pays, les cultures biologiques doivent être cultivées dans un sol vivant. Cependant, les autorités américaines ont récemment autorisé certaines fermes hydroponiques à étiqueter leurs produits comme étant biologiques.

Protection des cultures et lutte contre les mauvaises herbes dans l’Agriculture Biologique – Lutte biologique contre les ravageurs et les maladies

Dans l’agriculture biologique, la plupart des pesticides, fongicides, herbicides chimiques, etc. sont interdits, sauf s’ils ont été autorisés pour une utilisation dans l’agriculture biologique. Les approches écologiques peuvent prévenir les épidémies de parasites et de maladies.

La prévention de tout dommage causé par les parasites, les maladies ou les mauvaises herbes repose principalement sur

L’utilisation d’ennemis naturels (par exemple les coccinelles)

La sélection d’espèces et de variétés résistantes

Rotation culturale

Des techniques de culture appropriées, telles qu’un élagage adéquat lorsqu’il s’agit de la culture des arbres.

L’ensemencement de certaines plantes (par exemple la vesce) entre nos cultures principales. Certaines plantes (comme la vesce et certaines espèces de Trifolium) sont réputées pour supprimer naturellement la croissance des mauvaises herbes.

De plus, les agriculteurs peuvent choisir des périodes de semis qui permettent d’éviter les épidémies de parasites et d’améliorer la santé des sols. Des semences et du matériel de plantation exempts de maladies sont également nécessaires. En général, il est recommandé aux agriculteurs biologiques de choisir des semences ou des espèces locales, qui donnent de bons résultats dans les conditions locales.

Élevage Biologique

L’élevage biologique vise à avoir des animaux en bonne santé et à établir des méthodes de production respectueuses de l’environnement. Tout cela permet de produire des produits de haute qualité, et en même temps, les éleveurs respectent les normes en matière de bien-être des animaux. S’engager dans l’élevage biologique signifie respecter strictement certaines règles spécifiques. Ces règles protègent la dignité, le bien-être et les besoins nutritionnels des animaux, tout en garantissant la confiance du public.

Afin de répondre à toutes ces exigences, les animaux d’élevage biologique doivent naître et être élevés dans des exploitations biologiques et manger des aliments biologiques. Cela signifie que tous les ingrédients inclus dans les aliments pour animaux doivent être biologiques. En outre, de nombreux éleveurs biologiques cultivent eux-mêmes des cultures fourragères afin de s’assurer que les aliments sont biologiques.

Les agriculteurs doivent sélectionner des races saines en fonction de leur capacité d’adaptation aux conditions locales. Ainsi, dans de nombreux cas, ils ne choisissent que des espèces indigènes. Il est très important de maintenir fermement la qualité du bien-être des animaux. Ainsi, le personnel doit posséder toutes les connaissances et compétences de base nécessaires en matière de santé et de sécurité des animaux. Dans la plupart des cas, aucun animal ne doit être gardé dans des cages ou des boîtes. Les animaux doivent pouvoir sortir de l’étable et avoir accès aux pâturages. Les volailles doivent avoir accès à un espace en plein air pendant une grande partie de leur vie (demandez à votre autorité locale et à votre organisme de certification). Dans l’agriculture biologique, certains animaux doivent vivre en communauté, comme ils le font dans la nature. La contention ou l’isolement ne sont pas autorisés, sauf si cela est dicté pour leur propre protection. Toutefois, même dans ce cas, l’isolement ne doit être que pour une période de temps limitée.

Les substances telles que les hormones, les facteurs de croissance et les acides aminés synthétiques sont généralement interdites dans l’élevage biologique. Par exemple, comme nous le savons dans l’agriculture conventionnelle, les producteurs peuvent utiliser des traitements hormonaux pour un taux de reproduction optimal. C’est une chose qu’un agriculteur ne peut pas faire dans l’agriculture biologique, sauf si l’utilisation de ces substances fait partie du traitement vétérinaire d’un animal individuel. Dans ce cas, l’animal doit être maintenu isolé dans des espaces suffisamment grands et pourvus de paille ou de litière appropriée. Vous pouvez demander de plus amples informations à vos autorités locales ou à votre organisme de certification local.

Apiculture Biologique

L’apiculture biologique peut être plus difficile que l’élevage biologique. Cela est dû au fait que nous ne pouvons pas contrôler totalement les créatures volantes comme les abeilles, et donc nous ne pouvons pas les empêcher de collecter le nectar des fermes conventionnelles. Cependant, il y a certaines choses qu’un apiculteur doit faire pour diminuer une telle probabilité.

Tout d’abord, les apiculteurs biologiques devraient envisager de localiser les ruchers dans des zones fournissant des sources de nectar et de pollen principalement des cultures biologiques. De cette façon, nous réduisons au minimum le risque de contamination. En cas de besoin d’une alimentation supplémentaire (uniquement si la survie de la colonie est menacée par le manque de ressources naturelles), les colonies d’abeilles doivent être nourries avec des aliments biologiques (miel biologique ou sucre).

À la fin de la saison, les ruches doivent encore disposer de quantités suffisantes de miel et de pollen pour permettre aux abeilles de survivre pendant l’hiver. Les producteurs ne peuvent pas utiliser de répulsifs chimiques de synthèse lors des opérations d’extraction du miel. Quant au traitement des maladies des abeilles, la plupart des traitements chimiques sont interdits. Il existe une exception, où certaines substances (toujours certifiées biologiques) peuvent être autorisées en cas d’infestation par Varroa destructor. Vous pouvez vous renseigner auprès de vos autorités locales ou de votre organisme de certification local.

Conclusion : Être ou ne pas être (biologique) ?

La décision de choisir l’agriculture biologique ou conventionnelle n’est pas facile à prendre, que ce soit d’un point de vue environnemental ou financier. Certains agriculteurs choisissent l’agriculture biologique parce qu’elle correspond bien à leur philosophie de production de produits naturels. Cependant, une grande partie des agriculteurs biologiques ont fait leur choix après avoir calculé les prix, les revenus et les dépenses. Il est certain que certains agriculteurs ne peuvent pas rivaliser en termes de coûts. Leur superficie peut être suffisamment petite ou ils n’ont peut-être pas l’expérience nécessaire pour maîtriser tous les coûts et produire un produit ordinaire à un prix attractif. C’est pourquoi de nombreux agriculteurs choisissent l’agriculture biologique, car ils misent sur la qualité. Ils prévoient de produire une petite quantité d’un produit de haute qualité qui peut être vendu à des prix très élevés. Certains y parviennent, d’autres non. Quoi qu’il en soit, l’agriculture biologique nécessite des recherches approfondies, une manipulation particulière, une formation, des conseils et un certain niveau d’expérience pour réussir.

Cet article est également disponible dans les langues suivantes: English Español Português Deutsch Русский Ελληνικά Türkçe हिन्दी

Equipe éditoriale Wikifarmer
Equipe éditoriale Wikifarmer

Wikifarmer est la plus grande encyclopédie agricole en ligne produite et mise à jour par ses utilisateurs. Vous pouvez soumettre un nouvel article, éditer un article existant, ajouter des images et des vidéos ou simplement profiter de l’accès gratuit à des centaines de guides de cultures contemporains. L’utilisateur endosse toute responsabilité concernant l’évaluation et l’usage des informations fournies sur ce site.