Qu’est-ce que la rotation des cultures et quels sont ses bénéfices ?

La rotation des cultures consiste à cultiver successivement au moins deux espèces différentes. Dans un système de rotation des cultures, un agriculteur ne cultive jamais la même plante pendant deux saisons successives. On a constaté que la rotation des cultures permettait de prévenir l’érosion des sols, d’améliorer leur structure, d’augmenter les nutriments du sol, de promouvoir la biodiversité et de réduire les mauvaises herbes et la population de parasites.

Pourquoi la rotation des cultures augmente-t-elle la teneur en azote du sol ?

On choisit dans la plupart des cas une légumineuse comme la luzerne ou le trèfle rouge parmi les 3 ou 4 cultures du schéma de rotation des cultures. Ces plantes ont pour particularité de fixer l’azote dans le sol. Les bactéries Rhizobia situées dans leurs racines transforment l’azote atmosphérique en formes d’azote organique, un processus appelé « fixation ». Ce processus fournit de grandes quantités d’azote (N) aux cultures suivantes et à la matière organique du sol.

Que planter après les tomates – Rotation des cultures ?

Après la tomate, on peut planter une légumineuse (haricot, pois, luzerne).

Que planter avant le blé – Rotation des cultures ?

Là encore, les cultures de légumineuses, comme les pois, les lupins et les lentilles, sont intéressantes car elles fixent l’azote de l’air. Cela garantit aux céréales cultivées à la suite un apport bénéfique en azote, susceptible de durer plus d’un an. D’autres options existent. L’avantage le plus important de la rotation des cultures du point de vue des céréales du cycle cultural suivant est la réduction des maladies induites par le sol et les résidus de chaume. En Australie, par exemple, le rendement du blé après des cultures de canola ou de lin a été en moyenne 20 % plus élevé que celui du blé replanté après un premier cycle de blé, en grande partie grâce à la réduction des maladies.

Que planter avant le maïs – Rotation des cultures ?

Les légumineuses (comme les arachides et les haricots) fixent l’azote dans le sol. Lorsque leurs parties vertes et leurs racines pourrissent, cet azote peut être consommé par d’autres cultures comme le maïs. On obtient ainsi des rendements plus élevés et plus stables sans avoir à utiliser d’engrais inorganiques coûteux.

Références

https://www.fao.org/3/y5146e/y5146e0a.html

https://teca.apps.fao.org/teca/pt/technologies/8367

Cet article est également disponible dans les langues suivantes: English Español Deutsch Nederlands हिन्दी العربية Türkçe 简体中文 Русский Italiano Ελληνικά Português Tiếng Việt Indonesia 한국어

NOS PARTENAIRES

Nous unissons nos forces avec des ONG, des universités et d'autres organisations dans le monde entier pour remplir notre mission commune en matière de durabilité et de bien-être humain.