Du semis à la récolte – guide des bonnes pratiques agricoles

Utilisation de graines certifiées et de plantules saines

La sélection de graines certifiées est cruciale pour assurer la mise en place des Bonnes Pratiques Agricoles. Il est préférable de rechercher des variétés résistantes aux maladies. Des plantules saines et robustes doivent être privilégiées lors du repiquage. Les agriculteurs devraient cueillir à la main et éliminer les plantules présentant tout signe de maladie.

Semis et plantation adéquats, conformément aux données scientifiques

Tous les producteurs doivent comprendre que chaque culture présente des exigences spécifiques en matière de semis et d’espacement, pour se développer correctement. Planter des graines ou des plantules trop près, peut entraîner une malformation des plantes et une aération insuffisante de la culture. Par contre, les planter trop loin l’une de l’autre pourrait laisser davantage de place à la pousse des mauvaises herbes. Dans ce cas, les agriculteurs sont obligés d’utiliser des herbicides dont l’utilisation aurait pu être évitée. Le conseil d’un agronome peut s’avérer utile pour l’obtention de plus de renseignements et pour connaître les exigences optimales en matière de semis, et les distances de plantation de chaque culture.

Utilisation durable des ressources d’eau :

  • Les cultivateurs devraient s’efforcer d’apprendre à utiliser de manière judicieuse l’eau qui convient à l’irrigation.
  • L’eau doit être analysée régulièrement, afin d’éviter toute contamination.
  • S’il y a des animaux sur le terrain de culture, il faut les garder à une distance sûre de toute source d’eau proche. Les déchets animaux contiennent un nombre important d’agents pathogènes.
  • Ne pas appliquer de produits chimiques près des sources d’eau.
  • Ne pas utiliser des eaux urbaines recyclables, sauf après avoir obtenu une autorisation, et toujours sous la surveillance de spécialistes agréés.
  • Étiqueter distinctement les contenants d’eau urbaine entièrement recyclables, pour empêcher que quelqu’un boive cette eau.
  • Souvent, les exploitants peuvent irriguer leurs plantes tôt le matin ou tard dans l’après-midi, quand les températures sont d’habitude plus basses. Cela éviterait ainsi les pertes d’eau considérables dues à une évaporation intense.
  • Éviter d’avoir des sources d’eau stagnante non couvertes. L’eau stagnante peut attirer les animaux, les insectes et les microorganismes qui peuvent causer de graves maladies aux animaux et aux humains.
  • Envisager des méthodes modernes de micro-irrigation (c.-à-d. des gicleurs), qui utilisent l’eau efficacement.
  • Dans une région donnée, chaque culture peut avoir des besoins spécifiques en eau, dont une partie provient d’habitude des précipitations. Il est conseillé de ne pas trop irriguer, ou irriguer bien avant une pluie. La sur-irrigation entraîne normalement divers problèmes des cultures (par exemple la pourriture des racines, des maladies fongiques, etc.). Consultez un agronome pour établir un plan d’irrigation détaillé, en fonction des dernières prévisions météorologiques ou des prévisions sur 12 mois.

Utilisation adéquate des engrais

Souvent, l’épandage judicieux des engrais a pour effet de faire augmenter considérablement le rendement des cultures. Cependant, une utilisation incontrôlée et irresponsable des engrais peut nuire au sol, aux tissus végétaux et à l’environnement. Voici quelques conseils :

  • Effectuer au moins une analyse de sol par année, auprès d’un organisme local, afin de pouvoir prendre une décision judicieuse sur les types et les quantités d’engrais à appliquer.
  • Avant d’épandre de l’engrais, demandez conseil à un agronome, pour déterminer un plan détaillé (types d’engrais, quantités et calendrier des applications).
  • Toujours enregistrer toute application d’engrais dans l’historique des cultures. Il n’est pas rare que les agriculteurs oublient quel type d’engrais ils ont appliqué, même quelques mois plus tôt.
  • Très souvent, c’est une bonne idée d’effectuer au moins une analyse des feuilles des plantes, auprès d’un organisme local. L’analyse foliaire (surtout en arboriculture) aide à comprendre les besoins spécifiques en nutriments des plantes cultivés.
  • Tous les engrais qui seront utilisés doivent être enregistrés et autorisés dans votre pays.
  • Lire attentivement le mode d’emploi sur l’étiquette, avant d’utiliser tout engrais.
  • Essayer d’éviter de mélanger deux ou plusieurs types d’engrais, sans la supervision d’un agronome.
  • Les agriculteurs doivent stocker tous les engrais à une distance sûre des sources d’eau telles que des lacs, des réservoirs d’eau, des rivières, etc.
  • Les contenants d’engrais doivent être étanches, verrouillés et stockés dans un endroit bénéficiant d’une bonne aération.
  • Le local de stockage doit être situé loin des animaux et des enfants.
  • Les agriculteurs doivent être très prudents avant d’épandre des engrais organiques (du fumier). Ils doivent garder le fumier dans un endroit séparé des aliments pour animaux. Le fumier brut doit être stocké à une distance considérable des zones de production.
  • Tous les équipements, engins agricoles et outils qui entrent en contact direct avec le fumier brut, doivent être correctement nettoyés avant d’entrer dans les zones de production. Les travailleurs manipulant du fumier brut ou du compost doivent avoir une hygiène personnelle soignée, porter des vêtements, des chaussures et des gants adéquats, avant d’entrer en contact avec les zones de production ou avant de démarrer les processus post-récolte.

Utilisation adéquate des produits phytosanitaires

Il est essentiel de s’assurer de la bonne utilisation des produits phytosanitaires pour se conformer aux normes des Bonnes Pratiques Agricoles. Voici quelques conseils :

  • Privilégier les méthodes physiques, par exemple, la cueillette manuelle immédiate, ou retirer toutes les plantes malades, afin de prévenir la propagation de la maladie.
  • Toujours lire attentivement le mode d’emploi sur l’étiquette ou demander conseil à un agronome.
  • Tous les produits chimiques utilisés doivent être enregistrés et autorisés dans votre pays.
  • Ne jamais appliquer ou mélanger des produits phytosanitaires sans la supervision d’un agronome spécialisé.
  • Éviter de pulvériser des produits chimiques par temps de pluie ou de vent, pour éviter la dispersion et les fuites.
  • Si des ruches d’abeilles se trouvent à proximité de l’exploitation, veiller à ne pas utiliser de pesticides nocifs pour les abeilles. Dans tous les cas, il faut informer l’apiculteur avant toute action d’application de produits. Si votre culture attire les abeilles, ne pulvériser qu’à des heures précises, le plus souvent pendant la nuit (consulter un agronome et l’association apicole locale).
  • Il est essentiel de ne pas récolter avant la période de temps nécessaire indiquée sur chaque étiquette, afin d’éviter tout potentiel empoisonnement grave.
  • S’assurer d’avoir à disposition tout l’équipement spécial. Cela comprend les gants, le masque, la combinaison, le chapeau, les bottes, le pulvérisateur et autres. Aucune partie du corps ne devrait être exposée à des produits chimiques.
  • Nettoyer soigneusement tout équipement utilisé, avec de l’eau et du savon.
  • Conserver les produits chimiques et l’équipement d’application dans des pièces spéciales fermées à clé, avec une température et une aération adéquates, conformément à la réglementation locale.
  • Ne pas prêter de pulvérisateurs à d’autres agriculteurs. Les résidus restants des pesticides précédents peuvent réagir avec les molécules du produit phytosanitaire actuel, avec des conséquences dévastatrices pour la culture.
  • Tenir les enfants à une distance sûre de toute zone pulvérisée.
  • Garder les animaux à une distance sûre de toute zone pulvérisée.
  • Utiliser une signalétique visible et distincte sur le terrain en ce qui concerne l’application des produits chimiques, afin d’éviter que quelqu’un touche ou mange quoi que ce soit.
  • Conserver tous les produits phytosanitaires dans leur emballage d’origine. Les agriculteurs, souvent, ne se rappellent plus quel type de produit chimique est contenu dans un réservoir.
  • Les emballages vides doivent être lavés avec du savon, mis dans des sacs scellés et livrés dans le bac à ordures le plus proche, immédiatement après usage.

Utilisation durable des sources d’énergie

Dans de nombreuses exploitations commerciales (par exemple les serres), les producteurs utilisent plusieurs sources d’énergie pour obtenir une croissance satisfaisante des cultures. Cependant, le gaspillage incontrôlé des ressources énergétiques peut provoquer une augmentation considérable des coûts de production. Pour éviter d’autres dommages, on conseille certaines techniques :

  • Utiliser des équipements d’éclairage éco énergétiques modernes.
  • Si possible, essayer d’utiliser des sources d’énergie renouvelables, comme des panneaux solaires ou des sources géothermiques.
  • Appliquer l’éclairage et la chaleur selon les besoins de la plante (demander conseil à un agronome).
  • Privilégier les zones ensoleillées, sans trop d’exposition au vent, pour construire les serres, afin de minimiser les besoins en éclairage et en chaleur des plantes.

Récolte

Les exploitants et les travailleurs doivent être très prudents pendant la récolte :

  • Les travailleurs doivent se laver les mains et s’attacher les cheveux avant de ramasser les produits.
  • Il est interdit de fumer et de boire pendant l’intervention.
  • Éviter de récolter des produits immatures.
  • Les fruits tombés au sol présentent un plus grand risque de contamination.
  • Les agriculteurs doivent stocker les fruits et légumes dans des contenants propres.
  • Les agriculteurs doivent stocker leurs produits dans des endroits ombragés, loin des animaux, des produits chimiques et des engrais.
  • L’équipement (par exemple les ciseaux) doit être propre et stérilisé.

Pour plus d’explications et les spécifications locales détaillées des Bonnes Pratiques Agricoles, veuillez contacter vos autorités locales (par exemple, le Ministère de l’Agriculture).

BONNES PRATIQUES AGRICOLES

Comprendre les risques de contamination – guide des bonnes pratiques agricoles

Choix des cultures et du terrain à cultiver, préparation du sol – guide des bonnes pratiques agricoles

Du semis à la récolte – guide des bonnes pratiques agricoles

Bétail – guide des bonnes pratiques agricoles

Hygiène personnelle et Bonnes Pratiques Agricoles

Chaîne d’approvisionnement des aliments (Stockage et transport adéquats) – guide des bonnes pratiques agricoles

Pour plus d’explications et les spécifications locales détaillées des Bonnes Pratiques Agricoles, veuillez contacter vos autorités locales (par exemple, le Ministère de l’Agriculture).

 

Cet article est également disponible dans les langues suivantes: enEnglish esEspañol arالعربية pt-brPortuguês deDeutsch ruРусский elΕλληνικα trTürkçe hiहिन्दी idIndonesia

Equipe éditoriale Wikifarmer
Equipe éditoriale Wikifarmer

Wikifarmer est la plus grande encyclopédie agricole en ligne produite et mise à jour par ses utilisateurs. Vous pouvez soumettre un nouvel article, éditer un article existant, ajouter des images et des vidéos ou simplement profiter de l’accès gratuit à des centaines de guides de cultures contemporains. L’utilisateur endosse toute responsabilité concernant l’évaluation et l’usage des informations fournies sur ce site.