Comment cultiver le chou-fleur pour en tirer profit

La culture commerciale du chou-fleur

Résumé du guide de culture du chou-fleur

La culture du chou-fleur en plein air – si elle est pratiquée de manière rationnelle et évolutive – peut être une bonne source de revenus. En quelques mots, la plupart des producteurs commerciaux de choux-fleurs commencent la culture à partir de graines (hybrides) dans un environnement intérieur protégé. En attendant que les jeunes plants poussent et soient prêts à être transplantés (généralement 30 jours), ils préparent le champ. Ils labourent la terre, enlèvent les restes de culture et les mauvaises herbes et intègrent au sol la fertilisation de base combinée à du fumier bien décomposé. Ils conçoivent et installent également le système d’irrigation goutte à goutte.

Lorsqu’ils sont prêts pour la transplantation, ils font de petits trous dans le sol, où ils plantent les semis. La fertilisation, l’irrigation goutte à goutte et la lutte contre les mauvaises herbes sont appliquées dans la plupart des cas. La plupart des variétés commerciales de choux-fleurs peuvent être récoltées 60-150 jours après le repiquage. Le délai entre la plantation et la récolte dépend de la variété, des conditions climatiques et de l’âge des semis plantés. La récolte peut être effectuée à l’aide de ciseaux à main ou de couteaux et se fait généralement en plusieurs fois. Cela se produit parce que les agriculteurs procèdent souvent à une plantation continue afin de répondre à une demande continue.

Après la récolte, les producteurs de choux-fleurs labourent et détruisent les restes de la récolte. Ils peuvent également procéder à une rotation de la culture (avec des plantes n’appartenant pas à la famille des Brassicaceae), pour lutter contre les maladies et empêcher l’épuisement du sol.

Le facteur restrictif de la culture du chou-fleur est toujours le climat. La plante préfère les températures douces pour se développer et former des capitules, ce qui est notre objectif premier. Elle est sensible au gel car elle commence à avoir des problèmes à basse température. En outre, les températures élevées causent également des problèmes, en particulier aux capitules, qui commencent à changer de couleur ou (pire encore) à fleurir. Les températures optimales sont celles comprises entre 14 et 20 °C (57-68℉) ; toutefois, certaines variétés peuvent tolérer jusqu’à 30 °C pendant une courte période.

Tout d’abord, il est crucial de déterminer le mode de culture, ainsi que les variétés de choux-fleurs qui se développent dans votre région. Il existe deux méthodes pour cultiver le chou-fleur : l’ensemencement direct dans le champ et l’ensemencement en pépinière, puis le repiquage.

Comment cultiver le chou-fleur à partir de semences – Comment produire des plants de chou-fleur

D’une manière générale, les agriculteurs professionnels ne préfèrent pas semer les graines de chou-fleur directement sur le champ pour diverses raisons. Tout d’abord, les graines de chou-fleur sont minuscules, et le fait de les semer à l’extérieur entraînera un semis inégal. En outre, lorsque de petites plantes de chou-fleur apparaissent sur le sol, elles deviennent le plus souvent un aliment pour les escargots et autres parasites du sol. Cependant, si vous insistez pour semer vos graines de chou-fleur directement à l’extérieur, la période la plus appropriée pour le faire est probablement le printemps ou l’automne. Si vous commencez au printemps, les choux-fleurs seront prêts à être récoltés pendant l’été. Si vous commencez en automne, ils seront prêts à être récoltés pendant l’hiver. Après avoir préparé le champ, il suffit de créer des rangs à 70-80 cm de distance les uns des autres et de creuser des trous à 20-40 cm de distance à l’intérieur du rang. Ensuite, vous pouvez semer 3 ou 4 graines dans chaque trou à une profondeur de 0,5 à 1,5 cm et les recouvrir doucement de terre. Vous pouvez irriguer immédiatement après le semis.

Le chou-fleur germe mieux à une température moyenne de 26 °C (80 °F). La graine doit avoir un taux d’humidité optimal pour germer. Une irrigation excessive peut être nuisible. Certains producteurs arrosent un jour sur deux pendant cette étape. Dans des conditions optimales, les graines de chou-fleur germent en 8 à 10 jours. Après la germination, vous devrez très probablement éclaircir les plantes. Si plus d’une graine a germé, vous devrez enlever toutes les graines, sauf la plus saine, de chaque position de semis. En moyenne, vous aurez besoin de 1 kg de graines par hectare. N’oubliez pas que chaque gramme de graines de chou-fleur contient, en moyenne, 270 à 320 graines de chou-fleur.

La plupart des producteurs commerciaux de choux-fleurs commencent la culture à partir de graines (hybrides) dans un environnement intérieur protégé. Les producteurs sèment les graines de chou-fleur dans des lits de semences à température contrôlée à 20-30°C (68-86°F) et les transplantent ensuite dans leurs positions finales. Ils sèment 2 à 3 graines dans chaque pot à 1 cm de profondeur et les recouvrent doucement de terre. Ils utilisent souvent le gazon comme substrat pour une aération optimale. Il est essentiel de maintenir le substrat humide mais pas mouillé jusqu’à ce que les graines germent. Les graines germeront approximativement en 8-10 jours, et les semis seront prêts à être repiqués après 30 jours en moyenne (3-5 semaines). D’ici là, ils auront développé 3 à 5 vraies feuilles, et ils auront une hauteur moyenne de 12 cm (4,7 pouces).

Climat et exigences du sol pour le chou-fleur – Où cultiver le chou-fleur.

Le chou-fleur est un légume de saison fraîche. Il peut parfois tolérer sans problème des températures légèrement inférieures à 4°C (39°F). Nous considérons comme préférables les températures de l’air comprises entre 14 et 20°C pour la culture du chou-fleur. Si le chou-fleur subit des températures plus élevées pendant ses premiers stades de croissance, il commencera très probablement à effectuer une croissance intense de la tige et retardera la formation des capitules. À des températures supérieures à 20°C, la plante commence à former des caillés feuillus. C’est un phénomène qu’il faut éviter. Des températures supérieures à 26 °C provoqueront probablement un changement de couleur et une floraison des capitules, ce qui diminuera leur qualité et leur valeur commerciale. Cependant, nous disposons aujourd’hui de variétés hybrides de choux-fleurs qui sont génétiquement programmées pour tolérer des températures allant jusqu’à 37 °C.

Le chou-fleur peut pousser dans une grande variété de sols. Il pousse mieux dans des sols légèrement acides (pH d’environ 6,5). Les plantes ont une tolérance moyenne aux niveaux élevés de salinité du sol et de l’eau. Bien que les choux-fleurs aiment le soleil, vous devez savoir que dans la plupart des cas, les clients préfèrent les têtes blanches aux têtes légèrement jaunes. Ainsi, de nombreux agriculteurs attachent quelques feuilles extérieures sur le caillé pour éviter qu’elles ne jaunissent.

Préparation du sol pour le chou-fleur

La préparation de base du sol commence quelques semaines avant la transplantation des plants de chou-fleur. Les agriculteurs labourent bien à ce moment-là. Le labourage améliore l’aération et le drainage du sol. En même temps, le labourage permet d’éliminer les roches et autres matériaux indésirables du sol.

Une semaine avant la plantation, de nombreux agriculteurs appliquent un engrais de préplantation, tel que du fumier bien décomposé ou un engrais synthétique commercial à diffusion lente, toujours après avoir consulté un agronome local agréé. De nombreux agriculteurs incorporent le fumier à l’aide de tracteurs. Le lendemain est probablement le bon moment pour installer le système d’irrigation goutte à goutte. Après l’installation, certains agriculteurs peuvent appliquer des substances de désinfection du sol. Ils les injectent dans le système d’irrigation, au cas où l’analyse du sol aurait révélé des problèmes d’infection (demandez à un agronome agréé de votre région).

Plantation de choux-fleurs et espacement des plants – Plants de choux-fleurs par hectare

Quand il s’agit de planter des plants de choux-fleurs en plein champ, il y a deux périodes principales parmi lesquelles choisir. La première période commence avec la plantation au printemps, de sorte que les choux-fleurs seront prêts à être récoltés pendant l’été. La deuxième période comprend la plantation en automne et la récolte en hiver.

Dans de nombreux cas, la période la plus appropriée pour planter les choux-fleurs à l’extérieur est l’automne. Cependant, il faut garder à l’esprit que dans ce cas, les plantes devront passer par la vernalisation pour pouvoir former les têtes. Les agriculteurs préfèrent généralement les plantes âgées de 3 à 5 semaines. À ce stade, elles ont développé 3 à 5 vraies feuilles et ont une hauteur moyenne de 12 cm.

Après toutes les étapes de préparation (labourage, fertilisation basale, travail du sol et installation du système d’irrigation), on peut procéder au repiquage. Les cultivateurs indiquent les points exacts où ils placeront les jeunes plants. Ils creusent ensuite des trous et plantent les semis. Il est crucial de planter les plants à la même profondeur que dans les pépinières. De nombreux producteurs préfèrent planter des choux-fleurs périodiquement, toutes les 2 ou 3 semaines. Ils le font pour pouvoir récolter les choux-fleurs périodiquement et ainsi couvrir la demande du marché.

Les producteurs plantent les choux-fleurs en rangées simples ou doubles. Pour les rangées simples, ils maintiennent une distance de 20 à 40 cm entre les plantes sur la rangée et de 40 à 90 cm entre les rangées. Pour les rangées doubles, ils maintiennent une distance de 1 m entre une paire de rangées et une autre de 30 cm entre les plantes d’une même paire. Les plantes sont à nouveau placées à une distance de 20 à 40 cm sur les rangées.

Dans la plupart des cas, les agriculteurs plantent 25000-45000 plantes par hectare. (1 hectare = 2,47 acres = 10.000 mètres carrés). Dans certains cas, la population végétale de choux-fleurs dans un hectare peut être de 20 000 ou 50 000 (surpeuplée). Les distances et le nombre de plantes dépendent de la variété de chou-fleur, des conditions environnementales et, bien sûr, de la taille souhaitée du chou-fleur qui est toujours dictée par le marché.

Besoins en eau du chou-fleur et systèmes d’irrigation

Le chou-fleur ne peut généralement pas tolérer la sécheresse ; la qualité du produit final sera considérablement réduite dans des conditions de stress hydrique. Ainsi, la plupart des producteurs irriguent leurs plantes régulièrement, même en hiver. D’autre part, un excès d’eau peut provoquer la pourriture des racines, qui entraîne l’effondrement de toute la plante, et des pertes de rendement importantes. Le chou-fleur peut s’effondrer en 2 ou 3 jours dans des conditions de forte humidité.

Les périodes les plus cruciales pour l’irrigation des choux-fleurs sont d’abord la première phase, jusqu’à la germination des graines, et ensuite la formation du capitule. La plupart des producteurs irriguent leurs plantes, en fournissant des quantités d’eau fréquentes tous les deux jours. Ils fournissent de petites quantités d’eau pendant les premières étapes et les augmentent périodiquement, au fur et à mesure que la plante grandit. En été, il peut être nécessaire d’augmenter le nombre de séances d’irrigation à une par jour.

Bien entendu, les besoins en eau peuvent être différents selon les conditions météorologiques et les conditions du sol. Par exemple, les sols argileux lourds nécessitent généralement moins d’irrigation que les sols sableux. Les différentes variétés de choux-fleurs peuvent également avoir des besoins en eau différents.

Le système d’irrigation le plus couramment utilisé dans la culture commerciale du chou-fleur est l’irrigation goutte à goutte.

Besoins en fertilisation du chou-fleur

Tout d’abord, vous devez prendre en considération l’état du sol de votre champ en effectuant des analyses semestrielles ou annuelles avant d’appliquer une méthode de fertilisation. Il n’existe pas de champs identiques. Ainsi, personne ne peut vous conseiller sur les méthodes de fertilisation. Vous devez tenir compte des données de l’analyse du sol, de l’analyse des tissus et de l’historique de la culture de votre champ. Toutefois, nous allons énumérer les méthodes de fertilisation les plus couramment utilisées par un nombre considérable d’agriculteurs.

Le chou-fleur exige une forte fertilisation pour se développer et produire une tête bien formée. Il est donc considéré comme une culture gourmande.

En fait, pour une production de 20 tonnes par hectare, certains agriculteurs peuvent avoir besoin d’ajouter 120 kg de N, 50 kg de P2O5 et 200 kg de K2O.

Dans de nombreux cas, les producteurs commencent par une fertilisation de base. Ils intègrent dans le sol un tiers de l’azote total et la totalité du K et du P. Ils peuvent également appliquer 25 à 40 tonnes de fumier bien décomposé par hectare. Ensuite, ils continuent en ajoutant le reste de l’azote divisé en deux applications. La première application a lieu une semaine après la transplantation et la seconde un mois après la première.

Certains agriculteurs expérimentés suggèrent un engrais équilibré à libération lente, composé de nutriments essentiels, tels que l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K) (par exemple 20-20-20), sous forme de granulés. Nous pouvons ajouter les engrais granulaires directement à la surface du sol et irriguer. Les granulés ne doivent pas toucher directement les jeunes plantes, car il y a un risque de les brûler.

Cependant, la plupart des producteurs de choux-fleurs choisissent la méthode de fertirrigation (injection d’engrais hydrosolubles à l’intérieur du système d’irrigation goutte à goutte). Dans ce cas, ils peuvent appliquer des doses d’engrais différentes pour chaque jour. La croissance du chou-fleur est divisée en trois périodes. La première période commence au moment de la transplantation (jour 1) et se termine au jour 45. Pendant cette période, ils appliquent en moyenne 1 kg de N, 1 kg de P2O5 et 1 kg de K2O par hectare et par jour. La deuxième période commence au 46e jour et se termine au 70e jour. Pendant cette période, ils augmentent les doses et ils appliquent en moyenne 3 kg de N, 1,5 kg de P2O5 et 3 kg de K2O par hectare et par jour. La troisième période commence au 71e jour et se termine avec la récolte. Pendant cette période, ils appliquent en moyenne 0,75 kg de N et 1 kg de K2O par hectare et par jour.

Toutefois, il s’agit là de modèles courants qu’il ne faut pas suivre sans faire ses propres recherches. Chaque champ est différent et a des besoins différents. Il est essentiel de vérifier l’état du sol et le pH avant d’appliquer toute méthode de fertilisation. Vous pouvez consulter votre agronome agréé local.

Lutte contre les mauvaises herbes dans les choux-fleurs

Une technique de production importante dans la culture du chou-fleur est la gestion des mauvaises herbes. Le chou-fleur souffre souvent des mauvaises herbes pendant la première phase de sa croissance. Les mauvaises herbes sont en concurrence avec les jeunes plants en termes d’espace, d’accès à la lumière du soleil, à l’eau et aux nutriments. Tous les producteurs de choux-fleurs doivent disposer d’une stratégie solide de lutte contre les mauvaises herbes. Celle-ci peut varier considérablement selon les pays, le cadre juridique, les moyens de production et l’industrie à laquelle le produit est destiné. Un désherbage manuel chaque semaine est presque nécessaire dans certains cas (production biologique). Lorsque le chou-fleur a suffisamment poussé, les mauvaises herbes ne constituent plus un problème majeur.

Récolte des choux-fleurs – Comment et quand récolter les choux-fleurs

La majorité des choux-fleurs sont prêts à être récoltés 60 à 150 jours après la transplantation. Cependant, le moment de la récolte dépend principalement de leur variété, ainsi que des conditions environnementales. Nous pouvons récolter les choux-fleurs au moment où les têtes ont atteint la taille appropriée de leur variété. Les têtes doivent être compactes et avoir une couleur uniforme.

La récolte se fait manuellement à l’aide de ciseaux ou de couteaux pendant la soirée. Sinon, la lumière du soleil peut provoquer des brûlures du caillé et le flétrissement du feuillage. Les producteurs coupent le caillé avec 3-4 feuilles intérieures autour. Une récolte retardée peut réduire considérablement la qualité, car il y a un risque que les têtes se détachent et jaunissent.

Rendements de la culture du chou-fleur.

Un bon rendement serait de 20-40 tonnes par hectare (17.851,2- 35.702,3 livres par acre) ou 25.000 caillés. Gardez à l’esprit qu’un hectare = 2,47 acres = 10.000 mètres carrés. Le poids de chaque tête dépend de la variété et des conditions de croissance. Ces rendements peuvent être obtenus par des producteurs de choux-fleurs expérimentés après des années d’expérience. La culture du chou-fleur peut en effet générer des bénéfices importants. Ces dernières années, la demande de choux-fleurs a augmenté dans les pays du sud de l’Europe et de la région méditerranéenne.

Anomalies physiologiques des choux-fleurs – Problèmes courants des choux-fleurs

Coup de soleil

Les têtes de choux-fleurs sont sensibles aux coups de soleil. La plante se protège en recouvrant le caillé par le feuillage intérieur. Cependant, certaines variétés n’ont pas ce feuillage intérieur protecteur et les producteurs agissent en couvrant les têtes avec les feuilles du feuillage extérieur.

Ravageurs et maladies du chou-fleur

Ravageurs

Pieris brassicae

Pieris, qui est l’ennemi le plus redoutable du chou-fleur, est une chenille blanche qui s’attaque aux crucifères. Les larves du parasite se nourrissent du feuillage, ce qui entraîne une réduction significative de la qualité et de grandes pertes de rendement. Une fois que la culture a été attaquée, la gestion est plus compliquée. Comme les parasites développent facilement une immunité contre les pesticides, la meilleure méthode pour les contrôler est la gestion biologique. Les pièges à phéromones sont une technique couramment utilisée. Ils attirent les insectes mâles, les empêchant ainsi d’avoir des femelles fertiles. Ainsi, les pièges réduisent d’une manière ou d’une autre leur population.

Les prédateurs sont également utilisés.

Légionnaire de la betterave

Le Spodoptera exiqua est l’un des plus graves parasites du chou-fleur. Les larves de ce ravageur créent des trous sur le feuillage pour se nourrir, ce qui provoque le flétrissement et la mort des feuilles. Une fois que la culture a été attaquée, la gestion est plus compliquée. Comme les ravageurs développent facilement une immunité contre les pesticides, la meilleure méthode pour les contrôler est la gestion biologique.

Maladies

Le mildiou

Le mildiou est une maladie causée par l’agent pathogène Hyaloperonospora parasitica. L’infection est favorisée par des conditions humides provoquant des taches chlorotiques spécifiques sur la surface supérieure du feuillage, combinées à une moisissure duveteuse sur la face inférieure. Les têtes sont également infectées car elles forment des taches nécrotiques brunes sur celles-ci. La maladie est dangereuse car elle entraîne des pertes de rendement importantes. La lutte contre la maladie commence par des mesures de précaution appropriées. Celles-ci comprennent la lutte contre les mauvaises herbes et des distances adéquates entre les plantes, un drainage adéquat et l’évitement de l’irrigation foliaire. L’état général des plantes (nutriments et niveau d’eau, exposition au soleil) peut également renforcer leur immunité. Le traitement chimique n’est utilisé que si le problème est grave et toujours sous la supervision d’un agronome local agréé. Il est également essentiel d’utiliser des moyens sanitaires appropriés, comme la désinfection des outils chaque fois que nous touchons les plantes.

Oïdium

L’oïdium est une maladie causée par le champignon Erysiphe cruciferarum et pourrait devenir très grave, car elle entraîne des pertes de rendement. Les symptômes comprennent des taches chlorotiques. Dans des conditions de température et d’humidité optimales, une couche poudreuse ressemblant à de la farine se développe sur la face supérieure du feuillage. Le traitement fait appel aux mêmes méthodes que celles utilisées pour lutter contre le mildiou.

Alternaria

L’alternariose est une maladie grave favorisée par l’augmentation des conditions d’humidité du sol. Le champignon Alternaria brassicae est à l’origine de la maladie. L’agent pathogène infecte toutes les parties de la plante au-dessus du sol. Le symptôme typique de la maladie est la présence de taches nécrotiques brunes sur la surface supérieure des capitules. Un excès d’irrigation accélère le cycle de la maladie.

Quelques faits sur le Chou-fleur

Informations, historique et utilisations des choux-fleurs

Les bienfaits sur la santé et la valeur nutritionnelle du chou-fleur

Comment cultiver facilement le chou-fleur à la maison

Comment cultiver le chou-fleur pour en tirer profit

Cet article est également disponible dans les langues suivantes: English Español Português Deutsch Русский Ελληνικά Türkçe हिन्दी

Equipe éditoriale Wikifarmer
Equipe éditoriale Wikifarmer

Wikifarmer est la plus grande encyclopédie agricole en ligne produite et mise à jour par ses utilisateurs. Vous pouvez soumettre un nouvel article, éditer un article existant, ajouter des images et des vidéos ou simplement profiter de l’accès gratuit à des centaines de guides de cultures contemporains. L’utilisateur endosse toute responsabilité concernant l’évaluation et l’usage des informations fournies sur ce site.