Agroécologie: une alternative efficace pour prévenir de nouvelles pandémies

Agroécologie

Tavares Gilmar

Professor Titular na Federal University of Lavras

Partagez-le :

Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Cet article est également disponible dans les langues suivantes: English (Anglais)

Afficher plus de traductionsMontrer moins de traductions

La pandémie actuelle de Covid-19 a commencé par un phénomène naturel appelé « Quebra de Barreiras« (Brise barrières/Breaking Barriers). Et il en sera de même pour les futures pandémies.

De nombreux virus qui ont toujours survécu de manière équilibrée chez les animaux sauvages migrent actuellement depuis des écosystèmes parfaitement harmonieux, tels que des biomes qui ont été ruinés et/ou détruits par un développementalisme non durable.

Pour cette raison, l’Agroécologie est une alternative vraiment durable pour prévenir les pandémies.

Les virus sont les êtres vivants les plus abondants dans la nature et sont présents dans tous les écosystèmes de la planète. Au Brésil, l’Amazonie est considérée comme l’habitat naturel de la plus grande diversité de virus au monde, qui a toujours survécu en parfaite harmonie avec la flore et la faune indigènes, naturelles et résidentes, sans aucun problème de coexistence infectieuse.

Mais migrer vers où ?! Migrer pour nous les humains !

Il s’avère que, lorsqu’ils sont stimulés, les virus, pour survivre, peuvent s’adapter génétiquement à l’homme, qui leur sert de nouvel hôte, infectant ainsi les personnes et les populations à des échelles toujours plus importantes.

En conséquence, les soi-disant endémies et épidémies sont déclenchées, qui peuvent rapidement se transformer en pandémies.

Ce sont les cas d’Ebola, du SIDA et du tout récent Covid-19.

Ce phénomène naturel mais maléfique s’appelle « Brise barriers ».

Facteur aggravant, ces virus peuvent aussi se loger chez les insectes, comme les moustiques, qui se transforment alors en vecteurs et transmettent les agents viraux infectieux à l’homme.

C’est ce qui se passe avec le paludisme, la fièvre jaune et la leishmaniose.

Et c’est aussi arrivé avec Zika, Denque et Chikungunya

Tout cela, en raison de l’expansion de la déforestation, du brûlage, de l’exploitation minière, de la pollution de l’eau, de l’exploitation immobilière, de l’adoption de monocultures et de pâturages extensifs, et d’autres actions humaines prédatrices, qui sont socio-environnementalement insoutenables.

C’est ce que je qualifie de « Délinquance Socio-environnementale« , puisque « l’effet de serre et le réchauffement climatique » sont déclenchés par les mêmes déprédations environnementales.

Cette délinquance socio-environnementale s’étend à l’exploitation économique des grottes, cavernes, massifs rocheux naturels, etc. Dans le cas précis des grottes naturelles et des cavernes, outre le déséquilibre de l’écosystème ancien résident, il y a aussi les dommages irréparables au patrimoine archéologique historique indigène et naturel !!!

Une triangulation mortelle est alors stimulée:

<délinquance socio-environnementale <–> réchauffement climatique>

  <–>pandémies<–>

Pendant des milliers d’années, de nombreux virus jusqu’alors peu connus voire inconnus de l’homme, ont vécu en parfaite harmonie symbiotique avec des animaux sauvages résidant dans leurs habitats naturels, c’est-à-dire dans leurs propres Écosystèmes et leurs Biomes apparentés, mais sans leur causer dégâts importants.

C’est ce que j’appelle « la coexistence symbiotique harmonieuse« .

Les attaques continues et croissantes sur l’environnement indigène, causées par un développementalisme rentable sans conséquence, uniquement commercial, tel que: déforestation, brûlage, prospection, exploitation minière, pollution de l’eau, exploitation immobilière, adoption de monocultures et de pâturages extensifs, exploration de grottes et grottes, et d’autres actions humaines prédatrices; amener ces animaux sauvages, hôtes naturels des virus, avec lesquels ils ont toujours vécu de manière équilibrée, à voir leurs prédateurs diminués, voire éteints.

Ainsi, les populations de ces hôtes naturels du virus augmentent, tandis que leurs habitats et leurs prédateurs diminuent. Dès lors, ils commencent à abriter de nombreux virus qui, lorsqu’ils prolifèrent, cherchent à occuper de nouveaux hôtes par mutation génétique, dans l’évolution naturelle de l’espèce, dans la recherche de leur propre survie, dans leurs nouveaux habitats.

Lorsque ces nouveaux hôtes sont proches des êtres humains, nous le répétons : il y a une contagion par “Brise barriers ».

L’exemple le plus récent et le plus dramatique est celui de la pandémie actuelle de Covid-19, qui dévaste toute notre planète et nos vies, du fait des mutations génétiques successives des virus précurseurs, jusqu’à atteindre les chauves-souris.

La possibilité la plus plausible est que l’évolution naturelle se soit occupée de permettre que les virus qui habitent les chauves-souris, avant d’infecter les humains, aient passé une saison de mutations chez d’autres hôtes, ou, peut-être, chez les chauves-souris elles-mêmes.

Les coronavirus sont partout et sont la deuxième cause de rhume après le rhinovirus. Jusqu’à ces dernières décennies, mis à part le rhume, ils provoquaient rarement des maladies graves chez l’homme.

On sait que les interférences humaines, notamment dans les habitats naturels des chauves-souris, les obligent à migrer vers de nouveaux habitats, ce qui corrobore la problématique pandémique avec la problématique environnementale.

Et comme facteur aggravant, après cette brutale pandémie de Covid-19, d’autres pandémies pourraient survenir, pour les mêmes raisons, concomitamment à l’effet de serre et au réchauffement climatique, qui, ensemble, provoqueront la résurgence des maladies, de la faim et de la misère, dans le pays les plus pauvres du monde.

Les problèmes de rareté des aliments de base et fondamentaux atteindront des niveaux catastrophiques, et leurs conséquences économiques/socio-environnementales seront imprévisibles, et certainement, dramatiques et effrayantes !

Il y aura une résurgence de la violence en général, des guerres et des soulèvements, des trafics d’armes et de drogue et des tentatives désespérées d’immigration vers les pays dits développés. L’exode et les migrations à travers des marches désordonnées de populations affamées seront inévitables.

Il s’avère que l’Agroécologie et ses “Technologies Socio-Environnementales Durables”, pour être : économiquement viables, écologiquement correctes, socialement justes, culturellement adéquates, technologiquement appropriées et scientifiquement prouvées, telles que le Compostage, la Biofertilisation et les Biopesticides, pourront produire des aliments n’importe où sur la planète, très rapidement et “presque sans frais

Parallèlement à cette production alimentaire agroécologique, il y aura protection de l’environnement et préservation des écosystèmes et de leurs biomes natifs et naturels, empêchant le déclenchement possible et probable de nouvelles pandémies, pour les raisons expliquées ci-dessus.

A cette production saine et immédiate d’aliments et de préservation de l’environnement s’ajoutent la génération continue d’emplois et de revenus décents dans les communautés concernées, fixant le travailleur à la campagne et évitant l’exode rural désordonné et les migrations humaines catastrophiques.

L’ONU/FAO reconnaît cette alternative comme viable et recommandable, puisque, dans sa publication FIDA/PNUE/WCMC, lors de « l’Année internationale de l’agriculture familiale » en (2014), elle a solennellement annoncé

Augmenter la production agricole pour répondre aux besoins mondiaux croissants en utilisant les pratiques agricoles dominantes n’est pas durable, une transformation urgente est nécessaire.

Avec les bonnes conditions, les petits exploitants peuvent être à l’avant-garde de cette transformation de l’agriculture mondiale, car:

Les petits exploitants sont une partie vitale de la communauté agricole mondiale, mais ils sont souvent négligés;

 

Les petits exploitants gèrent plus de 80 pour cent des 500 millions de petites exploitations estimées dans le monde et fournissent plus de 80 pour cent de la nourriture consommée dans une grande partie du monde en développement, contribuant de manière significative à la réduction de la pauvreté et à la sécurité alimentaire.

La productivité des petits producteurs dépend du bon fonctionnement des écosystèmes. Par conséquent, ils les protègent et les conservent

Cependant, les petits agriculteurs vivent souvent dans des endroits éloignés et écologiquement fragiles et font souvent partie de populations marginalisées et défavorisées;

Conclusion:

1- Les pandémies proviennent des déprédations croissantes des Écosystèmes et de leurs Biomes naturels, poussées par un développementalisme irresponsable et sans conséquence, qui ne vise que le profit, et font que les virus qui perdent leurs hôtes et leurs habitats naturels, cherchent de nouveaux hôtes, par adaptation génétique dans d’autres habitats.

2- Actuellement, le nouvel hôte le plus disponible, bien sûr, est l’être humain, et un autre habitat plus disponible est nos maisons.

3- Pour prévenir l’émergence de nouvelles maladies, endémies, épidémies et pandémies, la préservation socio-environnementale durable des Écosystèmes et de leurs Biomes naturels et natifs est fondamentale et indispensable.

4- L’agroécologie et l’agriculture familiale sont les moyens sûrs de soutenir cet objectif de santé publique, car elles sont socio-environnementales correctes et durables.

Voici une liste de maladies plus récurrentes, déclenchées par la négligence, la négligence et la prédation environnementale.

Maladies transmises par l’air contaminé : 

Asthme. Rhinite. Pneumonie. Bronchopneumopathie chronique obstructive. Tuberculose. Cancer du poumon. Intoxication exogène.

Maladies transmises par un sol contaminé :

Ankylostome. Ascaridiose. Larva migrans Tétanos. Tungose. sporotrichose. Paracoccidioïdomycose.

Maladies transmises par l’eau contaminée :

Diarrhée à Escherichia coli. Amibiase. Choléra. Leptospirose. Dysenterie bactérienne. Hépatite A. Schistosomiase. La fièvre typhoïde. Ascaridiose. Rotavirus. Toxoplasmose. Intoxication exogène.

Enfin, rappelez-vous toujours que : protéger, soigner, conserver et préserver la nature, l’environnement, les écosystèmes, les biomes et toute la biodiversité, c’est contribuer à la vie sans pandémies.

Cet article est également disponible dans les langues suivantes: English

NOS PARTENAIRES

Nous unissons nos forces avec des ONG, des universités et d'autres organisations dans le monde entier pour remplir notre mission commune en matière de durabilité et de bien-être humain.